Archives pour la catégorie Non classé

J’ai lu Nos richesses de Kaouther Adimi

CVT_Nos-Richesses_2302Une lecture de la rentrée littéraire, qui a été sélectionnée dans de nombreux prix littéraires, il a été récompensé par le prix Renaudot des lycéens et le prix du Style 2017.

Ce livre, sans mauvais jeu de mots, est d’une richesse incroyable… Oui, oui, c’est un peu mauvais… Ce livre raconte l’histoire assez incroyable d’un éditeur qui contre vent et marée, c’est-à-dire la seconde guerre mondiale, la décolonisation va tenter de publier des auteurs en Algérie, à Alger précisément puis à partir dans une librairie, maison d’édition et lieu d’exposition d’artistes.

Ce roman c’est tout d’abord une ambiance, une magnifique description d’Alger et de cette rue Charras, maintenant rue Hamani, ce sont ses habitants, ses commerçants, à l’abord peu sympathique mais qui cache un peu leur bon fond.

Ce roman c’est surtout une épopée incroyable dans un monde littéraire, d’intellectuels comme Camus, Jean Amrouche, Mouloud Feraoun, Saint-Exupéry, Jules Roy et j’en oublie bien d’autres. Ce roman donne envie de les lire tous, de les découvrir pour certains, car l’autrice nous en donne un avant-goût par de belles citations. Cela donne envie lire Noces d’Albert Camus, que je ne connais pas, j’ai déjà lu La Peste, mais Noces semble avoir quelque chose de particulier, d’enchanteur. Et enfin, ce roman m’a donné envie de lire Giono et surtout Les Vraies Richesses, dont j’ai lu quelques extraits, une écriture très poétique. 

Ce roman est assez envoûtant, il vous transporte dans les années 40 et 50 dans ce petit monde d’intellectuels qui communiquent, qui écrivent, qui réfléchissent, qui se brouillent aussi, mais cela donne terriblement envie aussi de se renseigner sur ces personnalités. Pour moi, en tout cas, Edmond Charlot a été une véritable découverte, je suis peut-être inculte, mais je n’avais jamais entendu parler de cette maison d’édition, de ce personnage central qui a vivifié la création littéraire méditerranéenne. Un personnage d’un courage, d’une conviction comme il semble qu’il en existe peu aujourd’hui. On peut s’interroger sur le manque d’intellectuels en France, je parle de cette figure qui serai au-devant de la scène, aujourd’hui, tout va vite, les réactions se font à chaud, la rentrée littéraire efface les livres précédents, on a l’impression d’une rapidité, rythme non imposé pour Edmond Charlot qui certes précède ses romans aux grands prix littéraires mais il publie ce qu’il aime vraiment, ce qui le convainc vraiment. 

L’écriture de ce roman est aussi particulière, on est plongé dans cet univers à travers le journal d’Edmond Charlot, écriture lapidaire, concise qui alterne avec des passages où le narrateur évoque un personnage contemporain Ryad qui ne comprend pas tous les enjeux de cette librairie qu’il doit vider, il découvre alors les bribes de cet univers, les voisins, les gens touchés par cette librairie, par la présence des livres à Alger, par cet espace de liberté qui existe à travers les livres. 

Il faut découvrir cette histoire passionnante, découvrir tous les enjeux de l’histoire algérienne à travers l’histoire de cet éditeur. Ce livre est un avant-goût qui donne envie d’en découvrir plus. 

 

 

 

 

Publicités

Le grand livre des robots – Asimov

 

 

bm_2483_710799

Le grand livre des Robots, 1.Prélude à Trantor – Isaac Asimov, éditions Omnibus.

Difficile de résumer ce livre, étant donné qu’il s’agit d’un groupement de textes : des nouvelles tout d’abord, classées non selon l’ordre chronologique, mais classées par thématiques, les robots humains, les machines, les robots qui ont un cœur (paradoxal… mais tellement troublant) les robots qui souffrent… Voici un peu tout ce qu’on peut y trouver… Chaque thématique ou groupement est présenté d’un commentaire, d’une justification en quelque sorte.
Pour moi, ce fut une véritable découverte, je ne connaissais Asimov uniquement de nom, l’occasion était trop belle de lire ce qu’il avait écrit sur les robots, les nouvelles ainsi que Les cavernes d’acier et Face aux feux du soleil deux histoires bien plus longues. Quand on voit que ce livre est un tome I, on se rend compte à quel point l’auteur a été prolixe.
Ce que j’ai beaucoup aimé et ce qui rend ce livre intéressant, c’est qu’autour des trois lois de la robotique, Asimov propose toute une déclinaison d’histoires sur les robots mais davantage encore sur l’humanité. Beaucoup de réflexions émanent de ce roman sur les hommes, leur manière de traiter les choses, de les exploiter, comment ils peuvent être avides de nouveautés ou attachés à ces robots comme s’ils étaient des humains, comment ils peuvent être haïs aussi.
Quant à l’édition, 1000 pages de lecture, une écriture petite sur du papier très fin, en effet le livre est dense, une couverture très souple, ce n’est pas la couverture qui m’aurait attiré spontanément vers ce roman, mais d’un point de vue lecture, il y a largement de quoi se régaler quand on aime la science-fiction et pour ceux qui sont moins fans, c’est plutôt sympa de se dire qu’on peut piocher et lire quelques nouvelles de temps. Asimov étant une référence, je suis contente d’avoir ce livre.
Au niveau du style, je ne suis pas toujours à l’aise, certaines histoires m’on semblé décousues, certains faits semblent passer sous silence ou sous-entendus, alors il faut s’accrocher. Dans d’autres histoires, au contraire, l’écriture est plus fluide, peut-être plus tournée vers l’émotion, le lecteur est alors plus facilement happé par la lecture.
Bref, à lire autant pour découvrir les histoires que réfléchir à l’homme.

Reçu dans le cadre de Masse Critique avec Babelio.

Bakhita – Véronique Olmi

cvt_bakhita_7023

Bakhita, Véronique Olmi, Albin Michel, 23/08/2017

Bakhita est un roman dont on a beaucoup entendu parler au moment de sa sortie, et petit à petit il s’est retrouvé dans les derniers carrés des prix littéraires, jusqu’à remporter le prix du roman Fnac. J’ai aussi beaucoup lu d’avis positifs de lecteurs. Je me suis laissée tenter par ce roman. 

Ce que j’ai aimé dans ce roman, c’est tout d’abord la découverte d’une histoire incroyable. C’est une belle histoire qui commence dans la douleur et l’atrocité, en effet la jeune fille est enlevée dans son village du Darfour et à partir de ce moment, sa vie n’est plus qu’une tragédie. Impossible pour elle de retrouver d’où elle vient, même par la suite, elle oublie sa langue et son nom. De propriétaires en propriétaires, elle va œuvrer pour se retrouver en Italie, pays dont elle sent qu’elle sera protégée. Mais en Italie, c’est un peu la même chose, elle n’a pas vraiment d’identité, elle est toujours domestique, au service de quelqu’un. Tout va changer le jour, où une seule fois, elle osera dire non. Ce mot changera sa vie. 

J’ai aussi beaucoup aimé l’écriture, beaucoup de sensibilité et de belles phrases remplies d’émotion. C’est assez banal pour ce type d’histoire, mais c’est très poétique, c’est une façon de percevoir l’Afrique. Mais ce que j’ai aimé, dans le style de l’autrice, c’est la manière, dont, dans une seule phrase, une seule expression, elle scelle le sort du personnage, une phrase sans appel qui nous donne sans ambages le futur proche du personnage. De ce fait, on alterne entre la sensibilité de l’écriture, du personnage et des phrases très concises et précises. 

J’ai adoré dans ce roman c’est l’idée qui est développé, à savoir le regard de l’européen sur l’africain, cette manière de penser, de retirer toute humanité à l’autre, la manière dont on veut le soumettre. Bakhita ne dispose que peu d’elle même, en réalité, jamais elle ne fera de vrais choix, sauf une fois en vérité quand elle dira non. Du fait de sa couleur de peau, elle vit selon le bon vouloir d’une autorité qui changera beaucoup, qui se servira de prétexte différent. C’est ce qui fait qu’on a beaucoup d’empathie pour ce personnage, tous ses malheurs et en même temps cette force de caractère qui fait que jamais le personnage ne va ployer sous la tristesse. En réalité, c’est une vraie leçon ce roman, on ne peut enlever à quelqu’un son humanité, son espoir, sa vie intérieure qui est de plus en plus riche à mesure qu’on veut détruire le corps de l’autre. Bakhita ne ploiera jamais. 

Un roman passionnant, très intéressant, sensible. Une véritable épopée avec une héroïne extraordinaire. 

 

Le nouveau nom – L’amie prodigieuse II – Elena Ferrante

519fgfg0ltl-_sx210_

Le nouveau nom – L’amie prodigieuse II, Elena Ferrante, Folio, 2016
Deuxième tome de cette saga à succès. Je me suis laissée embarquer avec facilité dans le premier tome de l’enfance, je continue donc mon immersion dans le Naples des années 60.

Ce tome est centrée sur les vacances de Lila et Elena à Ischia, c’est vraiment le cœur du roman et où une histoire d’amour va naître malgré les interdits. L’une et l’autre sont toujours déçues de leur situation et tentent de trouver la voie du bonheur. Lila a fait son choix, déjà dans le précédent tome, et commence à se rendre compte de ses erreurs et tente de sortir de sa condition. Elena c’est la battante qui malgré les déceptions amoureuses, les déconvenues poursuit son chemin et construit sa vie. L’amitié entre les deux personnages est complexe et toujours teintée de jalousie, elles s’envient sans comprendre les malheurs de l’autre. On pourrait penser que c’est épuisant, mais ces deux-là sont attachantes.

Plus la lecture du tome avance, plus je suis happée par cette lecture, le roman commence lentement, il faut presque 200 pages pour arriver à ce qui va vraiment bouleverser les deux personnages, le tout se met en place tranquillement et ensuite, on veut connaître comment tout cela va se finir. C’est assez intenable, car comme dans le premier tome, les personnages font face à une sorte de prédestination, liée à leur condition sociale, à leur quartier, à l’argent et aux conventions sociales. Personne ne semble pouvoir échapper à don destin et tout semble écrit à l’avance pour chacun. Les choix des personnages leur sont comme imposés à eux et d’un autre côté ils ont aussi une volonté incroyable, il s’agit évidemment des deux héroïnes, de manière très différente certes, mais elles sont pugnaces. 

Leur relation est tout aussi étrange dans ce tome II, elles s’adorent et s’admirent comme elles peuvent être insupportables et méchantes l’une envers l’autre, c’est assez incroyable cette relation d’amitié, pleine de rivalités, un peu comme des sœurs et malgré tout un amour et une profonde admiration l’une pour l’autre sans jamais se l’avouer. Le destin des deux jeunes femmes va profondément changer après cet été qu’elles vont vivre ensemble à Ischia. Et je n’ai pas vu arriver la fin, car j’étais dans ma lecture pleine de questions, il me restait encore tant de choses à savoir. Et puis le roman se termine sur un petit rebondissement qui vous invite à lire le tome suivant. 

J’ai vraiment adoré ce roman, je l’ai trouvé à la hauteur du premier tome, on partage la vie de ces deux femmes et c’est assez palpitant et prenant d’assister à la manière dont elles se construisent. 

Challenge de l’été – Le bilan

challengeete_2017-500x334

Saefiel organisait fin juin pour la 5e année Le challenge de l’été, inscription et règlement du challenge ici. Un groupe Facebook permettait de partager ses lectures, son avancée. groupe Facebook

Il est temps de faire mon bilan après 3 mois de lectures. Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas lancée dans un challenge, celui-ci m’a particulièrement motivée. J’avais 21 lectures de prévu au départ, puis j’ai ajouté 6 livres. Je devais lire 28 livres en 3 mois. Je savais d’emblée que je ne réussirais pas à tout lire, mais la fonction motivante du challenge a aidé à lire plus que de coutume.

J’ai lu 21 livres sur une liste qui en contenait 28 au final, elle s’est au fur et à mesure enrichie.
Sachant que mon rythme de croisière c’est 4 à 5 livres par mois environ, j’ai eu un rythme un peu plus soutenu du fait des vacances. 

Le concept m’a vraiment plus, j’ai décidé de me lancer en solo et de me constituer une PAL d’automne pour continuer de me challenger un peu. Elle sera moins conséquente mais cela me permet de vider un peu ma PAL tout en empruntant à la bibliothèque.

Voici ma liste de livres lus et à lire de l’été :

  1. L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes – Karine Lambert
  2. Jules – Didier van Cauwelaert
  3. La mémoire des embruns – Karen Viggers
  4. Brasiers – Derek Nikitas
  5. La maîtresse des épices – Chitra Banerjee Divakaruni
  6. La cité des Jarres – Arnaldur Indriðason
  7. La pelouse de Camomille – Mary Wesley
  8. Pour l’amour d’une île – Armelle Guilcher
  9. Amours – Léonor de Recondo
  10. Le roi n’a pas sommeil – Cécile Coulon
  11. Maman a tort – Michel Bussi
  12. Avant toi – Jojo Moyes
  13. Ta deuxième vie commence quand tu comprends que n’es as qu’une – Raphaëlle Giordano
  14. Continuer – Laurent Mauvignier
  15. Vernon Subutex – Virginie Despentes
  16. L’amie prodigieuse – Elena Ferrante
  17. Venise n’est pas en Italie – Ivan Calbérac
  18. Croire au merveilleux – Christophe Ono-dit-Biot
  19. Les revenants – Laura Kasichke
  20. Juste avant le bonheur – Agnès Ledig
  21. L’armoire des robes oubliées – Rükka Pullkinen
  22. L’attente de l’aube – William Boyd
  23. Rien n’est trop beau – Rona Jaffe
  24. La part de l’aube – Eric Marchal
  25. Eté – Mons Kallentoft
  26. L’amie prodigieuse – Le nouveau nom – Elena Ferrante
  27. La rivière noire – Arnaldur Indriðason
  28. Le fil des souvenirs – Victoria Hislop

 

Challenge de l’été – Bilan intermédiaire #2

challengeete_2017-500x334

Saefiel organise pour la 5e année Le challenge de l’été, inscription et règlement du challenge ici. Un groupe Facebook permet de partager ses lectures, son avancée. groupe Facebook

Bilan après deux mois de lectures :
J’ai  lu 14 livres, soit presque la moitié des livres prévus. J’ai ajouté à mon challenge 5 livres (en rouge dans la liste). J’ai donc 26 livres à lire pour cet été, il me reste un bon mois de lecture même si je sais d’emblée que je ne lirai pas tout. 

Je prends beaucoup de plaisir à lire mes lectures prévues pour l’été, je lis à un bon rythme. Le challenge est très motivant. 

Voici ma liste de livres à lire :

  1. L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes – Karine Lambert
  2. Jules – Didier van Cauwelaert
  3. La mémoire des embruns – Karen Viggers
  4. Le fil des souvenirs – Victoria Hislop
  5. Brasiers – Derek Nikitas
  6. La maîtresse des épices – Chitra Banerjee Divakaruni
  7. La rivière noire – Arnaldur Indriðason
  8. La cité des Jarres – Arnaldur Indriðason
  9. La pelouse de Camomille – Mary Wesley
  10. Pour l’amour d’une île – Armelle Guilcher
  11. L’attente de l’aube – William Boyd
  12. Rien n’est trop beau – Rona Jaffe
  13. La part de l’aube – Eric Marchal
  14. Eté – Mons Kallentoft
  15. Amours – Léonor de Recondo
  16. Le roi n’a pas sommeil – Cécile Coulon
  17. Maman a tort – Michel Bussi
  18. Avant toi – Jojo Moyes
  19. Juste avant le bonheur – Agnès Ledig
  20. Ta deuxième vie commence quand tu comprends que n’es as qu’une – Raphaëlle Giordano
  21. Continuer – Laurent Mauvignier
  22. Vernon Subutex – Virginie Despentes
  23. L’amie prodigieuse – Elena Ferrante
  24. L’amie prodigieuse – Le nouveau nom – Elena Ferrante
  25. Venise n’est pas en Italie – Ivan Calbérac
  26. Croire au merveilleux – Christophe Ono-dit-Biot

 

Challenge de l’été – Bilan intermédiaire

challengeete_2017-500x334

Saefiel organise pour la 5e année Le challenge de l’été, inscription et règlement du challenge ici. Un groupe Facebook permet de partager ses lectures, son avancée. groupe Facebook

Mon bilan intermédiaire au 9 juillet, après 15 jours de challenge : j’ai lu 4 livres, tout se déroule bien pour le moment. 2 livres par semaine, c’est un bon rythme de croisière. Certaines de mes lectures seront plus courtes que d’autres, donc je devrai pouvoir avancer pas mal au mois de juillet.

Voici ma liste de livres à lire :

  1. L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes – Karine Lambert
  2. Jules – Didier van Cauwelaert
  3. La mémoire des embruns – Karen Viggers
  4. Le fil des souvenirs – Victoria Hislop
  5. Brasiers – Derek Nikitas
  6. La maîtresse des épices – Chitra Banerjee Divakaruni
  7. La rivière noire – Arnaldur Indriðason
  8. La cité des Jarres – Arnaldur Indriðason
  9. La pelouse de Camomille – Mary Wesley
  10. Pour l’amour d’une île – Armelle Guilcher
  11. L’attente de l’aube – William Boyd
  12. Rien n’est trop beau – Rona Jaffe
  13. La part de l’aube – Eric Marchal
  14. Eté – Mons Kallentoft
  15. Amours – Léonor de Recondo
  16. Le roi n’a pas sommeil – Cécile Coulon
  17. Maman a tort – Michel Bussi
  18. Avant toi – Jojo Moyes
  19. Juste avant le bonheur – Agnès Ledig
  20. Ta deuxième vie commence quand tu comprends que n’es as qu’une – Raphaëlle Giordano

 

Challenge de l’été 2017

challengeete_2017-500x334

Saefiel organise pour la 5e année Le challenge de l’été, inscription et règlement du challenge ici. Un groupe Facebook permet de partager ses lectures, son avancée. groupe facebook

Je ne suis pas très challenge, j’aime suivre mon rythme de lecture, je n’aime pas qu’on m’impose des titres ou des genres, en général cela me coupe l’herbe sous le pied. Je n’aime pas lire sous la contrainte. Pourquoi celui-ci alors ?

Il est vraiment très peu contraignant, j’ai une liste de livres à lire et on fait ce qu’on peut, on peut se fixer un objectif, le dépasser, s’adapter… C’est ce qui me plaît. Je vise donc le trophée du surfeur livresque avec 20 livres. Rendez-vous le 21 septembre pour faire le bilan.

Voici ma liste de livres à lire :

  1. L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes – Karine Lambert
  2. Jules – Didier van Cauwelaert
  3. La mémoire des embruns – Karen Viggers
  4. Le fil des souvenirs – Victoria Hislop
  5. Brasiers – Derek Nikitas
  6. La maîtresse des épices – Chitra Banerjee Divakaruni 
  7. La rivière noire – Arnaldur Indriðason 
  8. La cité des Jarres – Arnaldur Indriðason 
  9. La pelouse de Camomille – Mary Wesley
  10. Pour l’amour d’une île – Armelle Guilcher
  11. L’attente de l’aube – William Boyd
  12. Rien n’est trop beau – Rona Jaffe
  13. La part de l’aube – Eric Marchal
  14. Eté – Mons Kallentoft
  15. Amours – Léonor de Recondo
  16. Le roi n’a pas sommeil – Cécile Coulon
  17. Maman a tort – Michel Bussi
  18. Avant toi – Jojo Moyes
  19. Juste avant le bonheur – Agnès Ledig
  20. Ta deuxième vie commence quand tu comprends que n’es as qu’une – Raphaëlle Giordano

 

  • Le 26 juin, le challenge ayant commencé le 21 juin, j’ai déjà lu deux livres.

Hygiène de l’assassin

10029_1032958

Amélie Nothomb, on en entend beaucoup parler, mais je n’avais lu aucun de ses romans. J’avais commencé Biographie de la faim, mais j’avais abandonné. Je le trouvais sans intérêt. On m’a conseillé Hygiène de l’assassin, j’ai donc tenté l’expérience. 

Hygiène de l’assassin, c’est l’interview d’un écrivain qui a obtenu le prix Nobel de Littérature et qui malheureusement va mourir dans deux mois d’un cancer. Les journalistes défilent dans son salon pour l’interroger sur sa vie, sa carrière. Mais l’écrivain semble vraiment imbuvable, un personnage très particulier qui rend malade au sens propre comme au sens figuré chacun des journalistes. La dernière, une jeune femme va résister et surtout renverser la situation ou plutôt le croit-on ? 

J’ai beaucoup aimé ce roman, c’est une histoire intéressante et le procédé aussi l’est, cette forme dialoguée est surprenante et change un peu. Je ne fais pas une lecture dans l’ère du temps, c’est un roman ancien, mais vraiment je trouve ça assez innovant quand même. Le personnage est subtilement construit et surtout certaines phrases bien senties sont majestueuses. J’ai beaucoup aimé les diverses références à la littérature, à Hugo, Céline… Des références variées, des réflexions pertinentes. 

Un roman agréable à lire et une vision intéressante de la littérature.